Association Compostelle - Cordoue


Pourquoi Compostelle et Cordoue ?

L’homme est pèlerin sur la terre, sa vocation est de se mettre debout et de marcher
c'est « l’esprit de Compostelle ».
L’homme est un être de relation, destiné à « vivre ensemble » avec ses semblables de cultures différentes :
c’est « 
l’esprit de Cordoue »

Marcher, Dialoguer, Comprendre


 


Novembre 2016, Jérusalem

Le dernier Cercle à Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem

Pèlerins du monde-itinéraires du sacré

Projet de charte

Le projet « pèlerins du monde-itinéraires du sacré »

Quitter son « chez-soi », marcher pendant un ou plusieurs jours à la rencontre des autres (marcheurs également ou hôtes), porteurs de convictions religieuses ou philosophiques différentes, mais unis par une recherche de l’universel et du « plus grand » ; tel est le cœur du projet « pèlerins du monde – itinéraires du sacré ».

Certains chemins, sur les cinq continents, permettent déjà une telle démarche ; d’autres sont en devenir.

La présente charte vise à définir les critères souhaitables d’une telle offre

Critères de sélection des itinéraires du sacré

- Ce sont des itinéraires-piétons, praticables sur un ou plusieurs jours, et porteurs d’une dimension spirituelle, de par leur histoire, les mythes qui s’y attachent, les lieux traversés, la beauté des paysages, la destination finale

- La pratique de ces chemins ne doit pas être réservée aux adhérents d’une religion ou d’une philosophie et être ouverte à toute personne en recherche, respectueuse des traditions locales ; tout prosélytisme y est proscrit

- Les marcheurs doivent pouvoir bénéficier de conditions « minimales » de sécurité, secours, information, nourriture, boisson, hébergement…  ; à tout le moins, ces conditions doivent être portées à la connaissance de tout postulant au chemin concerné

- Le chemin doit être balisé, et des documents d’orientation proposés

- Le chemin et sa fréquentation doivent s’inscrire dans une démarche de progrès écologique (traitement des déchets, ramassage des ordures, insertion dans le paysage…)

Critères de sélection des partenaires

- Il est souhaitable que les postulants puissent solliciter, s’ils le désirent, des partenaires de qualité : accompagnateurs (bien au fait de l’itinéraire, de son contenu culturel, parlant au moins l’anglais et la langue locale…), hôtes (nourriture, boissons, hébergement de différents niveaux…), organisateurs de voyage honnêtes et compétents disposant des agréments règlementaires

- L’existence d’une structure locale de développement, qui peut former les hôtes,organiser les services, mettre en place les infrastructures, garantir la sécurité parait indispensable.

Rôle et responsabilité de la structure de coordination du projet

- Une structure de coordination du projet devra être mise en place, afin de sélectionner les offres selon les critères ci-dessus, les mettre à la disposition du public et assurer l’animation du réseau, à l’exclusion de toute responsabilité commerciale

- L’animation du réseau comprendra notamment des systèmes de contacts et rencontres entre marcheurs des chemins, mais aussi la facilitation de partages plus larges des expériences des marcheurs avec le grand public, des séminaires de réflexion, des expositions et manifestations artistiques

- Les membres de cette structure seront : les marcheurs et leurs regroupements, les structures locales de gestion des chemins, les organisateurs de voyages, des experts, des artistes, des maitres spirituels…

- Les supports utilisés seront :  un site internet dédié et en lien avec les autres sites intéressés, un forum, les réseaux sociaux, les supports écrits et audiovisuels des lieux de rencontre et de documentation

 Michel Rouffet

juin 2107

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir