Marche en Bosnie, 2015
Participants aux Automnales 2015 à Lérins
Sous le soleil de novembre en Andalousie, 2010
Un marcheur bien encadré à son arrivée à Cordoue
Vue de la cathédrale de Compostelle
Vers Moulay Abdessalam, sanctuaire soufi, Maroc, 2012
Merci aux scouts musulmans pour leur accueil à Cordoue, 2010
En Valais, le lieu des Rencontres Orient-Occident
Cercle de fraternité sur la route de Cordoue, 2010
Le mémorial de Srébrénica, 2015
Cercle de dialogue à Venise
Rencontre à Kfarmichke, Liban, 2013
Rencontre à Château-Mercier (Valais), 2015

Novembre 2016, Jérusalem

Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Le dernier Cercle à Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem
Jérusalem

Echos de nos activités

Après quelques jours de repos, notre infatigable marcheur repart de Cordoue en Andalousie pour rejoindre Paris en passant par Compostelle.

Bonjour à vous tous, et une pensée plus proche pour mes deux frères du chemin qui m'ont précédé sur ce magnifique parcours. Je suis actuellement arrivé dans la ville de Salamanque le 9 juillet depuis mon départ de Cordoue avec une moyenne d'environ 28 km par jour.

L'association des amis de Saint jacques du Camino Mozarabe. Le soir même de mon arrivée le 17 juin 2014, je me suis rendu au siège de l'association des amis de Saint jacques du Camino Mozarabe. Notre ami Isidro n'étant là, j'ai été reçu très chaleureusement par d'autres membres. Ils m'ont offert à la fois credentiale, pochette du camino Mozarabe et avec bien sûr les encouragements pour un départ tardif en cette saison. Comme vous pouvez l'imaginer, le redémarrage est toujours difficile en particulier les premiers jours où le soleil est particulièrement cuisant pour le non initié. Même si j'en étais conscient, toute reprise s'avère même pour les plus amarinés une épreuve, acceptée certes, mais qui ne se fait pas sans effort.

Le premier jour de marche aurait dû être une courte étape, mais ayant perdu la trace, il m'a fallu improviser et bien sûr augmenter le kilométrage prévu.


CaféMilitaireAvant d'arriver à l'étape, je suis tombé en arrêt en bordure devant un bar avec une pièce d'artillerie et des tonneaux aux couleurs de l'Espagne.

Je rentre et à l'entrée, un mannequin en uniforme de l'armée, casque, moustache, lunettes de soleil me faisant une sorte de salut le bras tendu pour le moins équivoque.

Cet endroit est une sorte de musée dédié au franquisme et à l'armée.
Vous pouvez imaginer que les clients qui vont avec ce genre d'endroit, soient pour le moins des nostalgiques d'une période de l'histoire qu'ils souhaitent encore vivante, ce qui me semble pour le moins paradoxal pour ce pays de la communauté Européenne en 2014. Je me sentais pas particulièrement à l'aise, d'autant plus que mon arrivée était visualisée par un système de télé détection aux caméras multiples bien en place près du bar et repérant les intrus.

Je me présente comme pèlerin et ai été chaleureusement accueilli par le patron qui me précise que lui aussi, il avait fait le pèlerinage de Saint Jacques sur le camino Frances et CaféMIlitaire2me montre fièrement sa credentiale.
Je repère sur celle-ci le cachet du refuge de l'ordre de Malte de Cizur Menor à la sortie de Pampelune où à plusieurs reprises, j'ai pu servir comme hospitalier et je ne vous cache pas que je suis plutôt content de ne pas avoir eu l'occasion de lui apposer le sceau marquant son passage.
Il m'offre en signe de bienvenue un stylo bille aux couleurs de l'Espagne et de l'établissement, et me fait les honneurs de son domaine en me donnant toutes les explications sur les pièces de son musée ou des portraits de Franco, des emblèmes de la phalange, des uniformes de l'armée Espagnoles, des armes, et toutes autres pièces qui sont exposées comme un musée dédié à cette période qu'il concourt à faire vivre de manière enthousiaste.
Apres avoir conversé avec un de ses clients boucher de son état qui ressemblait fort à un des personnages de Cabu l'humoriste, vous savez, celui qui est rond, des lunettes, moustaches, le cheveu un peu huileux, cherchez bien vous trouverez/..
Je demande au patron avant de partir s'il voit un inconvénient à faire quelques photos pour immortaliser cet endroit qui est pour moi une découverte plutôt exceptionnelle et anachronique, que j'ai souhaité à partager avec vous...

Refuge de Maria-Suzanna
Autre événement au refuge de Maria-Suzanna, sur la liste des pèlerins ayant séjourné figure le nom d'André Weill qui est passé ici lors d'une reconnaissance d'un chemin entre Tolède et Cordoue auquel j'ai participé également mais par un autre chemin.

Peu après en passant prendre un café dans un petit village, j'ai pu voir quelques images du couronnement du nouveau roi qui n'a pas enthousiasmé tout le monde ici en Espagne, il faut dire que cela arrivait après une grosse déception de l'échec de leur équipe nationale au mondial face à la Hollande.

Le camino Mozarabe
La route du camino Mozarabe ne m'était pas inconnue puisque nous l'avions prise avec certains de nos amis de Compostelle-Cordoue en fin d'année 2010 et m'a parue bien différente cette fois ci, quoique certains endroits soient reconnaissables.
Sans doute refaire un chemin en sens inverse et à une autre saison apporte de nouvelles sensations. Comme nous dit bien le proverbe :"on ne se baigne jamais dans la même eau...». Une grosse différence aussi je n'ai rencontré personne cette fois ci, ce n'est pas la période du pèlerinage.
Ceci étant, la montée en puissance réclame de ce chemin des ressources, puisque dès le troisième jour, la longueur de l'étape a été de 40 km sous une forte chaleur, comme une traversée du désert, ce que nous avions pu faire ensemble en deux jours lors de notre campement en milieu d'étape.

Don Benito - Le refuge de la Casa de Acogida de Caritas Virgen de las Cruces
Autre rencontre lors du chemin, j'ai eu l'occasion d'avoir été accueilli peu avant mon arrivée, dans une petite ville qui s'appelle Don Benito dans le refuge de la Casa de Acogida de Caritas Virgen de las Cruces qui est en fait un lieu qui reçoit des sans-abris. Pour moi partager un repas et une soirée avec des personnes abîmées par la vie a été une expérience unique.
Je suis reconnaissant à Pedro l'hospitalier qui porte aussi sur lui aussi les traces de difficultés vécues dans son être, d'avoir pu m'offrir ce beau partage avec des hommes et des femmes de grande respectabilité.

MeridaMerida
La ville de Merida, m'est apparue plus vivante en cette période. Les nombreux vestiges exceptionnels qu'ont laissés les Romains qui en font un patrimoine de l'humanité, attirent de nombreux touristes et la ville de ce fait est très animée.

Comme Mérida est au croisement de deux chemins vers Saint Jacques, au logement du moulin en bord de la rivière Guadiana, j'ai pu enfin voir les premiers pèlerins du chemin de la Plata qui part de Séville vers Compostelle.

Le camino de la Plata
J'ai rencontré un Allemand Wolfgang avec lequel nous nous rencontrons en fin d'étape.
D'origine de Rostock anciennement en Allemagne de l'Est, il a pu avoir l'expérience des deux cultures et a une vision enrichie de cette expérience. Ayant plutôt appris le Russe, il pratique l'Anglais avec parfois quelques difficultés mais nous arrivons à nous comprendre, quelquefois avec l'usage de mon Allemand très basique. Bien que nous ne soyons pas particulièrement versés dans le football, nous avons ensemble assisté, au match France Allemagne qui pour moi a été une petite déception, puis plus récemment au désastre infligé par l'équipe Allemande à celle du Brésil qui en ont fait les gros titres. Ici et en Allemagne nous avons été comme pour vous tous pour le moins étonnés de ce résultat presque invraisemblable et digne d'une république bananière.

Tout au long du camino de la Plata qui se déroule le long d'une ancienne voie Romaine, on peut voir de magnifiques paysages où dominent les chênaies et l'élevage extensif de bétail moutons et bovins selon la nature des sols et le degré de sécheresse.

Extremadura


Les troupeaux de moutons sont souvent accompagnés par des chiens très impressionnants de type Kangall que j'avais eu l'occasion de rencontrer en Turquie.
Il m'est arrivé de rencontrer un troupeau sans berger, je les ai laissés passer et en bout de course tapi dans l'herbe invisible j'ai fait la rencontre d'un chien qui assurait le gardiennage.
Ce sont des chiens d'autant plus redoutables qu'ils sont élevés presque en immersion avec les troupeaux dont ils se sentent pleinement responsables et n'aboient pratiquement jamais. J'ajouterai que lorsque l'on en voit un vous pouvez être certain qu'il y en a probablement d'autres.

Toutes ces voies sont marquées par des bornes qui normalement sont espacées de mille pas.
Cette mesure est de l'ordre du mile nautique, ainsi on en voit partout, parfois elles ont été réutilisées pour rejoindre des barrières, d'autres pour la construction des maisons. Des petites anfractuosités dans ces bornes peuvent servir de boites à lettres pour les pèlerins.
Ce chemin a été repris comme chemin de pèlerinage, mais est en fait depuis très longtemps et probablement avant l'empire Romain un chemin de transhumance permettant de nourrir les troupeaux comme on peut le voir dans le tell au Maghreb.

Aldanueva - L'association Seuil
J'ai eu la surprise aussi de rencontrer dans le petit village d'Aldanueva, Clémence de l'association Seuil (dont André Weill est membre) crée par Bernard Olivier qui accompagne Théo jusqu'à Saint Jacques de Compostelle.
Le but de "Seuil" est simple, par une marche de plusieurs mois elle propose à un jeune en souffrance et en prise à la justice de pouvoir lui mettre un pied à l'étrier sur le chemin de la réinsertion.
Ayant un budget assez serré ils privilégient le camping afin de bien équilibrer leur route : j'ai été réjoui de pouvoir dîner avec eux et de passer ce bon repas avec eux.
Le lendemain j'ai pu souhaiter lors d'un court message, un bon anniversaire à Clémence. J'espère qu'ils vont bien et qu'ils feront bien leur chemin.
J'espère que Compostelle Cordoue pourra tisser des liens plus forts afin de participer activement à cette association laïque qui est un vrai bijou d'exemple de vraie vie et de partage humain.

Salamanca

Salamanque
Voilà, comme je suis dans cette ville magnifique de Salamanque la plus vieille université d'Espagne, qui a façonné la culture Espagnole, je ne résiste pas à l'envie de vous proposer une citation de ce grand homme de lettre Miguel de Unamuno recteur de cette vieille université, peu de temps avant sa mort le 31 décembre 1936, lors d'une dispute qu'il avait eu avec Millan Astray créateur de la légion Espagnole et un peu le mentor de Franco.

" Vous vaincrez parce que vous possédez une surabondance de force brutale: Vous ne convaincrez pas, parce que convaincre signifie persuader: Et pour persuader, il vous faudrait avoir ce qui vous manque : la raison et le droit dans votre combat. Il me semble inutile de vous exhorter à penser à l'Espagne..."
A méditer Bzzz