Association Compostelle - Cordoue


Pourquoi Compostelle et Cordoue ?

L’homme est pèlerin sur la terre, sa vocation est de se mettre debout et de marcher
c'est « l’esprit de Compostelle ».
L’homme est un être de relation, destiné à « vivre ensemble » avec ses semblables de cultures différentes :
c’est « 
l’esprit de Cordoue »

Marcher, Dialoguer, Comprendre


 


Novembre 2016, voyage en Palestine et à Jérusalem

Palestine-Israel : débusquer l'espoir, encore et toujours

Palestine-Israel: 30 marcheurs sont allés à la rencontre des acteurs d'un conflit qui s'épuise dans une violence larvée : pour débusquer l'espoir, encore et toujours !

30 marcheurs de l'association Compostelle-Cordoue viennent de marcher sur le chemin d'Abraham en Palestine et rencontrer de nombreux  et divers "acteurs de paix" en Palestine et Israel.

Ils ont ainsi déconstruit plusieurs préjugés:

- OUI, c'est possible de marcher en sécurité sur le mythique chemin d'Abraham, le patriarche des trois monothéismes, à travers le magnifique désert de Judée, en visitant de superbes monastères où le monachisme est présent depuis les premiers siècles du Christianisme, en faisant escale dans les campements bédouins, des camps de réfugiés et des familles palestiniennes, contribuant ainsi au développement d'un tourisme rural

- OUI, des personnes et des organismes, en Israel et Palestine,  croient encore à la paix et y travaillent activement malgré les souffrances, l'insécurité et les humiliations : nous les avons rencontrés

Pour aller marcher sur le chemin d'Abraham et pérenniser l'action initiée par "Compostelle-Cordoue", vous pouvez contacter l'agence de voyage Tailaroot: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

tel +33 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.,0476879562%C2%A0%C2%A0%20www.tailaroot.com">476 87 95 62   site: www.tailaroot.com

 

Pour en savoir plus sur les contacts pris par "Compostelle-Cordoue", apporter éventuellement votre soutien,  et prendre connaissance des objectifs et des projets futurs de l'association:

 - Alain Simonin, président de l'Association Compostelle Cordoue.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  tel +41 79 582 34 03

- Michel Rouffet, organisateur de la marche de Palestine-Israël

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. tel +33 618 18 35 43

- Morice de Lamarzelle, relations médias

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. tel : +33 6 62 82 63 58

Sites internet :

www.compostelle-cordoue.org                               

 

Sur le chemin d'Abraham

Deux contributions de participants à la marche en Palestine organisée par Compostelle-Cordoue en ce début du mois de novembre 2016 : Michel Rouffet répond à la question " Pourquoi cette marche en Palestine ? " et Alain Simonin invite à méditer sur des signes d'espérance à partir des prénoms des deux fils d'Abraham, Isac et Ismael.

Marche et rencontres en Palestine et Israël. Pourquoi ?

Pour une association comme « Compostelle-Cordoue » , qui souhaite, au travers de marches partagées, faovoriser la dialogue et la compréhension entre personnes de différentes traditions, le chemin d’Abraham apparaît comme incontournable. Le personnage d’Abraham (Ibrahim) est reconnu comme le père mythique des trois religions juive, chrétienne, musulmane. De plus,l’injonction qu’il reçoit d’ailleurs de quitter ses habitudes et aller vers un pays inconnu… et vers lui-même, nous questionne encore actuellement  tous, croyants ou non croyants. La tradition islamique raconte qu’Abraham est parti de Chaldée car il ne supportait pas le culte des idoles, que « son Dieu » n’était pas de cette nature. Telle est notre démarche : ne pas s’arrêter aux poncifs, être disponible à entendre la vérité de l’autre, quel qu’il soit !
 
La situation actuelle de conflit au Moyen-Orient, rajoute une dimension dramatique à cette démarche. Evidemment, en allant là-bas, en y rencontrant des Palestiniens, des Israéliens, nous ne bougerons pas d’un iota les lignes du conflit, mais nous apporterons un petit soutien moral et financier aux gens qui nous reçoivent, d’autant plus que nous inaugurons la mise en valeur « touristique » du chemin dans le cadre d’un projet de coopération internationale .
 
On peut donc espérer que d’autres groupes nous suivront , et que s’installe une démarche pérenne de « fraternité » dans ce contexte troublé.
 
Dans la suite de Paolo Dal Oglio, je poursuis toujours l’utopie, que , de par le monde, se constitue progressivement un réseau des « pèlerinages inter-traditions », facteur de rencontres et de compréhension , dépassant les barrières mises en place par les idéologies religieuses ou autres, vers une vérité partagée plus grande.
 

 

Michel Rouffet, 2 novembre 2016

Marcher avec un rire intérieur et une écoute attentive

Il m'est venu ces derniers jours une réflexion étrange qui m'a permis d'installer en moi une attitude profonde qui pourra, peut-être, me guider pendant cette marche en Palestine. Vous sachant proche de ce questionnement, je partage cette réflexion, que j'ai aussi envoyé à quelques amis restant en Suisse et qui partagerons ainsi à distance notre marche.

Il m'a semblé que nous devions nous préparer non seulement sur un plan politique mais aussi sur le plan de l'histoire profonde. Et replonger quelque peu dans les textes fondateurs du Chemin d'Abraham. Cette plongée m'a personnellement beaucoup apporté, notamment un épisode en particulier. C'est l'épisode de l'accueil des trois anges au rocher de Mamré près d'Hébron, que nous visiterons (si le contexte politique du moment n'y fait pas obstacle), ainsi que les épisodes des naissances successives d' Ismaël et d'Isaac, de deux femmes différentes, Sarah et Hagar. Au rocher de Mamré, les trois anges annoncent à Sarah qu'elle aura une descendance. "Avancée en âge", elle n'y croit pas. Tellement pas qu'elle rit (d'elle-même) en cachette. Mais les anges ont entendu ce rire et l'interrogent. Ils la grondent même d'avoir menti sur son rire qu'elle a voulu cacher. Le miracle c'est que son fils s'appellera Isaac, ce qui veut dire "Il (Dieux) a ri". Un rire profond, une certaine joie s'est donc insinué de manière surprenante dans le texte sacré de nos origines. Si l'on sait, d'autre part, que l'autre fils d'Abraham (né précédemment de sa servante égyptienne, Hagar) s'appelle Ismaël, ce qui veut dire "Dieu entend", on est encore plus étonné.

J'ai alors pensé que nous avions là deux indices pour continuer d'espérer malgré tout en ce qui concerne le conflit sans fin entre israéliens et Palestiniens, dont nous allons être les témoins lors de cette marche. En effet, ce texte de l'Ancien testament et de la Torah, présente Dieu qui " rit ", et aussi Dieu " entend". Ces deux mots, ces deux attitudes, sont venus ces jours-ci éclairer mes journées de préparation de cette marche. Au  quotidien, je peux " rire ", même des choses les plus graves, puisque Dieu rit en moi. Certes discrètement, intérieurement. Je peux aussi " entendre ", ce qui se dit en moi-même, mais aussi chez les autres, mes voisins, dans le secret de leur coeur. Puisque Dieu entend en moi. On peut appliquer cela, m'a-t-il semblé, aussi au contexte de ce conflit désespérant entre deux peuples, les Israéliens, descendants d'Isaac et les Palestiniens, descendant d'Ismaël. Ne pas perdre de vue ce rire, cette joie au quotidien qui les unissait il n'y a pas si longtemps (avant que les sionistes n'envahissent progressivement leur territoire), ne pas perdre de vue cette entente (s'entendre) qu'il partageaient dans leurs villages et même à Jérusalem. Il suffit de lire comment Elias Chacour (le prêtre melkite né en Cisjordanie, voir son "Frère de sang") raconte son enfance avant l'occupation juive de 48, pour ressentir cette joie et cette entente partagées entre ces deux peuples avant le drame de la séparation. Elles sont toujours là, cette joie et cette entente, cachées au fond de leurs coeurs meurtris ou endurcis, même au travers des bombes et des check point. Alors, je me suis dis que nous pourrions marcher sur ce chemin d'Abraham avec cette même attitude, de rire discret et d'écoute empathique, et qu'elle pourra peut-être, secrètement au fond de nos coeurs, réjouir nos hôtes du désert et des villes de Palestine et de Jérusalem.

Bien sûr ces deux peuples frères sont aujourd'hui tellement loin d'une réconciliation, qu'imaginer du "rire" et de "l'entente", parait presque déplacé. Mais je crois que les gens que nous allons rencontrer, deux peuples à même leur terre, sont plus proches l'un de l'autre que ce que nous en disent les médias et les politiques.

 Alain Simonin, Genève nov 2016, 

Alain a envoyé un document présentant le mythe du Chemin d'Abraham, dans les trois traditions monothéistes et des extraits des textes fondateurs de la tradition abrahamique. Vous le trouverez sous le lien suivant

18 octobre 2016

 

Dans un peu plus de 15 jours nous serons à Jéricho et 7 jours après à Jérusalem ! Une certaine fébrilité s'installe chez les 30 marcheurs de cet audacieux périple sur le chemin d'Abraham : comment allons-nous rentrer ? Habités par quels sentiments ? Comment pourrons-nous témoigner de ce que nous aurons vu, entendu et compris, en restant fidèle à l'esprit de Compostelle-Cordoue : « L’association cherche à créer des conditions favorables à une meilleure compréhension entre personnes d'origines, situations et cultures différentes. Ces activités permettent à ceux qui les pratiquent d'approfondir leur quête spirituelle personnelle en impliquant la tête, le cœur et les jambes ». Comment rester de vrais artisans de paix dans un conflit qui plonge ses racines dans le mépris de l'autre, l'exclusion et l'injustice ? Le « Je ne haïrai point » (2011) du Dr palestinien Izzeldine Abuelaish résonnera sans doute dans nos oreilles comme une puissante interrogation.

Une démarche citoyenne : dialogue à plusieurs voix

Compte rendu d'une table ronde sur le thème « Croyances et citoyenneté », tenue avec une cinquantaine d’élèves de 1ère d’un lycée de Seine-Saint-Denis, le 28 septembre 2016.

L‘actualité si chargée de ces derniers mois ne fait qu’accentuer l’urgence à poursuivre ou à créer les occasions d’un dialogue permettant une libération de la parole de façon dépassionnée. Les religions ne sont-elles que des fauteurs de troubles à l’origine de tant de conflits ? Que faire des exhortations à la violence ? Où situer la légitimité des textes fondateurs ?

Les trois intervenants présents (*) n’étaient pas là pour représenter leur religion respective mais pour dire en tant que citoyens croyants les liens qu’ils percevaient entre laïcité et croyances, autrement dit : l’exercice de la citoyenneté peut-il inclure des convictions humanistes et religieuses ?

Pendant deux heures sans interruption, les élèves, en majorité de religion musulmane ou chrétienne, mais aussi agnostiques, bouddhistes ou hindouistes, ont questionné, exprimé leurs peurs, cherché à comprendre : en face, pas de langue de bois mais de la clarté dans les réponses et surtout une écoute respectueuse face à tant d’inquiétudes légitimes.

Les questions ne recevaient pas de réponse unique mais des réponses complémentaires. Cette entente évidente entre ces témoins de foi (en l’homme, en Dieu) était, à elle seule, une réponse structurante pour des jeunes dont la quête de repères est forte.

Cette séance leur a entrouvert des portes qu’ils ne soupçonnaient pas et les a renvoyés à une exigence de recherche, d’interrogations nouvelles, de nécessité de rencontres aux périphéries de leur propre croyance. « La diversité des religions est une chance, aucune ne peut s’approprier Dieu » affirmait Yann Boissière.

Oui, la laïcité, qui garantit à tous la liberté de ses croyances, est un élément incontournable du « vivre ensemble » et cette démarche, organisée conjointement avec AISA, a cherché à le concrétiser.

Agnès Legrix,

Compostelle-Cordoue, Ile de France

*Les intervenants :

Yann Boissière du MJLF (Mouvement juif libéral de France) initiateur des « Voix de la Paix » (mairie de Paris, 22mars 2016)

Hubert de Chergé (frère du prieur de Tibhirine) militant au GAIC (amitié islamo-chrétienne)

Fouzia Oukazi, enseignante, auteure du livre Le Coran lu par une femme.

Libre réflexion d'un marcheur à propos des pièges du mot « intégrité »

Les pièges du mot intégrité

Aucours de la marche organisée en Valais en juin 2016, les marcheurs ont participé à une rencontre inter-religieuse avec des amis musulmans. Thème proposé : L'intégrité. Cette rencontre a inspiré à Alain Simonin, président de Compostelle-Cordoue les réflexions suivantes qui éclairent la proposition et la méthode de l'association.

D'Istanbul à Téhéran

Notre ami Matthieu de Lamarzelle est reparti début juillet d'Istanbul. Avec Françoise Simonot-Lion il emprunte une ancienne route de caravaniers pour rejoindre TéHéran.

Alain Simonin, président de Compostelle-Cordoue vient d'envoyer au webmestre le lien vers leur blog . C'est un devoir agréable et amical pour lui de le partager avec les visiteurs du site. Voir ci-ressous les premières impressions d'Alain;

30 juin 2016

L'aggiornamento islamique est en marche. De plus en plus d'articles paraissent dans la presse, qui donnent la parole à des penseurs critiques au demeurant enracinés dans leur foi (Abdenour Bidar, Rachid Benzine, Ghaled Bencheikh, Asma Lamrabet, Jacqueline Chabbi, etc.). Les Rencontre Orient-Occident de Sierre auxquelles plusieurs membres de Compostelle-Cordoue ont participé nous ont montré les enjeux de cette volonté de mise à jour. La chaine ARTE y avait contribué avec son Jésus et l'Islam. Cet aggiornamento, que le christianisme a déjà vécu, ne doit pas nous empêcher, de poursuivre notre travail de confrontation avec une modernité qui nous interroge en profondeur, chacun dans sa sphère de croyance et de conviction (écouter par exemple la récente émission (11 juin 2016) de Réplique sur France culture : « Christianisme et modernité » avec Rémi Brague et Philippe D'iribarne

Les dix jours valaisans, du 24 mai au 4 juin 2016

Marche Brigue-Sierre, assemblée générale, rencontre avec les jeunes libanais, participations aux Rencontres Orient - Occident, ces 10 journées valaisannes, qui regroupaient plusieurs « ruisseaux » (Compostelle Cordoue, Reconstruire Ensemble et les Rencontres Orient-Occident) se réunissant en une « rivière chatoyante », auront été très riches pour tous. Quatre séquences ont constitué cette belle aventure :

Vers une " académie de Paix "

Compte rendu de la marche interculturelle  « Désir de paix » 

L’initiative commune à Aisa et Compostelle-Cordoue, réussie l'an passé, nous a conduits à reprendre l'idée d'associer la marche (petites randonnées de 4-5 heures dans le parc naturel de la Haute vallée de Chevreuse) à des ateliers sur la non violence. Sur ce dernier point, Jaafar - qui a suivi des formations en Communication Non Violente de l'école de Marshall Rosenberg- nous a proposé, à partir d'une posture de facilitateur, des pistes de réflexion de communication pacifiante. Le weekend a été également animé par deux soirées de réflexion sur notre thème « désir de paix » : 

Appel de cotisations 2016

Aux adhérents et amis de Compostelle-Cordoue

Voici le temps arrivé de la relance des cotisations de notre Association 
 
Les projets de l'année 2016 sont en route ; certains d'entre nous se sont déjà inscrits pour le voyage en Palestine, d'autre se réjouissent de venir en Valais au mois de juin... Des projets nouveaux sont et seront présentés sur ce site.
 
​Tout cela grâce à votre investissement, à votre générosité, à votre solidarité et à votre engagement: Quelle joie de vivre ces projets ensemble !
 
Pour éviter certains frais et confusions désagréables, MERCI d'utiliser les bons comptes correspondant aux devises utilisées, pour le versement de votre cotisation:
 
CHF 50.00
EUROS 40.00
 
EN FRANCS SUISSES CHF
 
Association Compostelle-Cordoue
Rue de Pranoé 3
1967 Bramois
Banque cantonale du Valais
clearing 756
BIC/SWIFT BCVSCH2LXXX
IBAN CH16 0076 5001 0065 9260 8
 
EN EUROS
 
Association Compostelle-Cordoue
Rue de Pranoé 3
1967 Bramois
 
Postfinance SA/CH-3030 BERN
BIC/SWIFT POFICHBEXXX
IBAN CH81 0900 0000 9196 3396 0
 
 
​Dans l'impatience de vous rencontrer et de partager avec vous à des moments inoubliables, je vous prie de recevoir mes plus cordiales salutations.
 
Christophe Thétaz,
trésorier..​

 

Projet Palestine-Israel 2016

PROPOSITION DE MARCHE ET DE RENCONTRES EN PALESTINE ET EN ISRAËL

Ce projet a été présenté aux rencontres d’automne de l’association et a fait l’objet d’une enquête auprès de ses membres. De l’avis général, ce voyage fait sens et correspond aux buts de l’association. Le comité a donc décidé d’en poursuivre la préparation commune et a fixé la date de sa réalisation, initialement prévue pour le printemps, à l’automne 2016, en principe du 3 au 12 novembre. Nous disposerons ainsi de suffisamment de temps pour nous préparer ensemble, notamment sous la forme d’un week-end de travail.