Association Compostelle - Cordoue


Pourquoi Compostelle et Cordoue ?

L’homme est pèlerin sur la terre, sa vocation est de se mettre debout et de marcher
c'est « l’esprit de Compostelle ».
L’homme est un être de relation, destiné à « vivre ensemble » avec ses semblables de cultures différentes :
c’est « 
l’esprit de Cordoue »

Marcher, Dialoguer, Comprendre


 


Des automnales devenues printanières

Rencontre  à la Communaué de l'Arche du 10-12/3/2017

Des Automnales devenues Printanières

La rencontre annuelle de Compostelle-Cordoue, connue sous le nom d'Automnales de l'année 2016 a été reportée au mois de mars 2017. Les participants de l'association ont partagé pendant ces journées la vie de la Communauté de l'Arche à Saint-Antoine l'Abbaye. Sans attendre la publication d'un compte-rendu plus détaillé, nous présentons ici les conclusions proposées par Alain Simonin, président de l'association.

Synthèse proposée par Alain Simonin

Je vois quatre thèmes convergents : garder notre spécificité, porter attention aux liens, nous efforcer de guérir et réconcilier, vivre une gestation continue

•    garder notre spécificité qui a fait ses preuves : organiser des marches qui ouvrent au dialogue entre marcheurs et par les rencontres, qui développent la compréhension entre les différentes cultures et croyances. Y ajouter le partage de formes diverses de spiritualité

•    porter attention auxliens qui nous relient dans le long terme et nous unissent avec ceux que nous découvrons sur nos chemins de marche-rencontre. C'est l'investissement par excellence pour la paix (cf Samir Frangier)

•    prendre en compte nos propres souffrances et celles des peuples visités pour nous efforcer de guérir et réconcilier

•    accepter que notre groupe vive une éclosion fragile, une gestation continue, notamment dans son approfondissement d'une quête spirituelle partagée, y compris dans les gestes les plus quotidiens (« chants », « divines pluches » et « massage des pieds », les pèlerins de Compostelle ne partagent-ils pas les « divins ronflements » des gîtes ?)

 

Un ou deux Etats ?

Depuis des années la solution à deux Etats Israélien et Palestinien semble avoir été choisie par tous ceux qui cherchent à ramener la Paix au Moyen Orient. Quelques voix s'élèvent cependant pour appeler à explorer une autre solution. Ces populations issues dans leur majorité de racines communes ne pourraient-elles pas vivre avec d'autres structures administratives. L'Etat, le Etats ne doivent-ils pas être conçus pour le bonheur des peuples et non les peuples " utilisés " par des organisations qui leur imposeraient des strucures " invivables " ? Compostelle-Cordoue est une association franco-suisse. La Suisse bénéficie d'une organisation administrative originale. Peut-elle servir de modèle. Alain Simonin, président de l'association apporte ici des éléments de réflexion.

Palestine-Israël : Un seul ou deux Etats ?

Commençons par établir des droits et une sécurité pour tous

Ecouter des témoignages sur le voyage en Palestine

Roger Berlan a participé au voyage de Compostelle-Cordoue en Palestine. Avec d'autres membres de l'association, il a témoigné  sur Radio Occitanie vendredi 10 février de 11 h  à 12 h,  invités dans le cadre de l'émission " Traversée ".

Voici le lien pour  écouter cette émission .
 
L'émission dure 120 min, nous sommes intervenus à partir de la minute 50 jusqu'à la fin. L'émission est enrichie des interventions d'autres invités Claire Dujardin (avocate) et Magyd Cherfi (ex-chanteur de Zebda) à propos de son livre " Ma part de gaulois " paru en sept dernier et qui sort un nouvel album à la fin du mois,
 
 

Palestine, la presse après le voyage de Compostelle-Cordoue

Sur cath.ch, : voir l'article

“L’espoir est endormi au pied de mon lit. Chaque matin, je lui donne un coup de pied pour le réveiller”. C’est ainsi que la chanteuse Mira Awad continue de croire en la paix dans sa région. Les marcheurs de Compostelle-Cordoue ont rencontré à Jérusalem la star arabe-israélienne, qui a participé à l’Eurovision en 2009 aux côtés de l’Israélienne juive Noa >.

Revue Choisir : voir l'article

Sur l'antenne de Radio Notre-Dame à Paris : écouter

2017

 

Souhaitons être en 2017 porteurs d'espoir et  artisans de Paix.

Osons continuer à penser et agir en direction de l'ouverture des cultures les unes vers les autres, au-delà des canons et des murs, tels sont nos vœux à toutes et tous pour 2017 !

Alors, la Palestine ?

Depuis que nous sommes rentrés c'est la question que posent tous les amis et parents.
Comment leur raconter ? Comment leur expliquer ?
Les impressions lorsque le car nous dépose dans le désert pour la première journée de marche. Le "groupe" qui se harnache en plein soleil, chacun prenant ses bouteilles d'eau dans un silence un peu angoissé. Oui, personne ne parlait. C'était la beauté du désert ou la peur de ne pas "tenir" ?
C'est superbe. Écrasant. Des souvenirs reviennent. Des lectures. Des films. 
Le monastère Saint-Georges. Mar Saba.
Le jus de grenade…
C'est peut être ça la réponse à " Alors, la Palestine ? "
Mais c'est aussi (surtout) l'incompréhension, l'antagonisme, la haine des deux communautés.
Pays étonnant où tous nos interlocuteurs ont été d'une intelligence stupéfiante. Depuis le bédouin propriétaire du chameau jusqu'à David armé de doctorats divers.
La fascination devant la froide détermination, très argumentée, de Abdelfattah Abusrour, au camp d'Aida, nous expliquant que ce n'est qu'une question de temps mais que la Palestine ne sera plus une terre sous domination israélienne. Et puis on apprend après que les deux photos qui sont au mur sont celles de son père et de son fils assassinés…
L'impatience du David arrivant à la fin de la question posée avant même celui ou celle qui la formulait. Sa morgue et son mépris quand il dit " Citez-moi des Prix Nobel palestiniens ? ".
L'engagement, le charme et les superbes chaussures de la chanteuse Mira.
On n'en revient pas indemne de ce voyage. On en revient pas tout à fait le même.
Mais que peut-on faire à part " témoigner "  ?
 
 
Jean-Louis Lacordaire

Sur le chemin d'Abraham

Deux contributions de participants à la marche en Palestine organisée par Compostelle-Cordoue en ce début du mois de novembre 2016 : Michel Rouffet répond à la question " Pourquoi cette marche en Palestine ? " et Alain Simonin invite à méditer sur des signes d'espérance à partir des prénoms des deux fils d'Abraham, Isac et Ismael. 

Itinéraire de la marche en Palestine

Palestine et Jérusalem : 30 marcheurs sont allés à la rencontre des acteurs d'un conflit qui s'épuise dans une violence larvée. Pour débusquer des bribes d'espoir, encore et toujours !

Position et détail de l'itinéraire

Nous étions trente marcheurs de l'ASSOCIATION COMPOSTELLE-CORDOUE pour le dialogue entre les cultures et les croyances, partis à la rencontre des bédouins du désert sur le Chemin d'Abraham entre Jéricho et Hebron. Accompagnés par deux guides palestiniens mendatés par le tour operator TAILAROOT l'AFRAT ainsi que les organismes palestiniens de développement SIRAJ CENTER et MASAR IBRAHIM, nous voulions contribuer au développement du tourisme rural dans les Territoires occupés et témoigner le plus honnêtement possible de ce que nous avons entendu et compris de ce conflit fratricide.