Rencontre à Kfarmichke, Liban, 2013
Cercle de dialogue à Venise
Merci aux scouts musulmans pour leur accueil à Cordoue, 2010
Sous le soleil de novembre en Andalousie, 2010
Rencontre à Château-Mercier (Valais), 2015
En Valais, le lieu des Rencontres Orient-Occident
Cercle de fraternité sur la route de Cordoue, 2010
Un marcheur bien encadré à son arrivée à Cordoue
Marche en Bosnie, 2015
Le mémorial de Srébrénica, 2015
Participants aux Automnales 2015 à Lérins
Vers Moulay Abdessalam, sanctuaire soufi, Maroc, 2012
Vue de la cathédrale de Compostelle

Compostelle-Cordoue et le petit homme en rouge

L’Association franco-suisse Compostelle-Cordoue a fêté ses 10 ans cette année avec une marche en Occitanie, de Montauban à En Calcat, avec une vingtaine de scouts musulmans. Son président, Alain Simonin, rappelle ce qui a motivé sa création, ses objectifs de partage et de dialogue interreligieux et interculturel, et son outil, la marche. Il livre le récit d'une expérience qui l'a particulièrement frappée, vécue lors d'une des étapes du dernier pèlerinage avec les jeunes.

Lire la suite ici: https://www.choisir.ch/religion/religions/item/3645-compostelle-cordoue-et-le-petit-homme-en-rouge

Ecrit par Alain Simonin

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En Juillet 2019 lors de la marche annuelle en Occitanie l’association Compostelle-Cordoue fête ses dix ans d’existence.

Ses fondateurs (Louis Mollaret, André Weil) et sa fondatrice (Gabrielle Nanchen) voulaient orienter différemment notre regard sur les arabes, à l’opposé de celui proposé par la légende de St Jacques Matamore qui, en la cathédrale de Compostelle, juché sur son cheval, piétine les Maures. Marcher à l’envers des pèlerins de St Jacques, partant de Compostelle pour aller vers Cordoue ! Afin d’y célébrer le « vivre ensemble » de l’Al-Andalus, où cosmopolitisme et tolérance régnèrent pendant plus de quatre siècles. Tel fut en automne 2010 notre acte fondateur. La devise de notre association franco-suisse , Marcher-Dialoguer-Comprendre, dit bien l’élan vers l’autre qui anime les marcheurs. Depuis ces dix années, nous avons traversé neuf pays et régions qui ont connu des conflits ou au contraire des réconciliations : Espagne, Maroc (avec les soufis d’Aïssa), Assise, Liban, Suisse (Nicolas de Flüe), Bosnie (Srebrenica), Palestine et Jérusalem, Bourgogne (Taizé), Côte d’Armor (pèlerinage des Sept dormants).Vivre dans ses jambes, avec son coeur et son esprit, la rencontre de l’autre qui pense et croit différemment de soi, voilà l’extraordinaire richessepartagéeau cours de nos marches et de nos rencontres avec différentes communautés croyantesou laïques. Notre participation régulière à différents colloques (dont Château Mercier à Sierre) nous ont éclairé sur les vrais enjeux du vivre ensemble : dépasser les préjugés que renforcent immanquablement les conflits de toutes sortes. Eviterle repli sur des identités religieuses ou culturellesexclusives.

Cet anniversaire, nous avons voulu le fêter en nous rapprochant des jeunes. Ainsi avons-nous marché avec une vingtaine de scouts musulmans et chrétiens de Toulouse et de Paris. Notre colonne de cinquante marcheurs s’est étirée le long de magnifiques sentiers du pays occitan. L’explosive joie de vivre de ces jeunes et leur sens du service nous ont contaminés et rendu notre propre jeunesse. Les rencontres que nous avons faites avec les représentants decommunautés musulmane et juive à Montauban, protestante à Puylaurens, bouddhiste à Marsens, et bénédictine à En Calcat,nous ont redonné la confiance qu’apporte la diversité des échanges, des croyances et des rites.

Les cinquantemarcheurset marcheusesde notre association forment ainsi une petite famille qui veut, par son témoignage et son action, croire contre vents et marées que la rencontre fraternelle, celle que nous osons mener et qui change notre points de vue sur l’autre, n’est pas une utopie.

Alain Simonin, Président de Compostelle-Cordoue

septembre 2019

A cette occasion Gabrielle Nanchen a ouvert les pages de son album souvenir de cette association, voir dans la rubrique "l'association"

 

La Marche en Occitanie courronne 10 ans d'activité de l'Association

A En Calcat nous avons terminé cette marche qui nous a permis de vivre des moments intenses entre jeunes scouts et membres de Compostelle Cordoue.

La joie communicative des Scouts Musulmans de France et des Scouts et Guides de France nous a séduit et les liens ainsi établis nourriront la croissance de chacun. 
Le dernier jour nous avons célébré les dix ans de l'association: Gabrielle Nanchen, fondatrice de l'association en 2009 avec Louis Mollaret et André Weil, à travers les images d'un album de famille, nous en a rappelé les étapes fondamentales ainsi que les valeurs partagées au cours des marches réalisées dans divers pays.

Plus qu'un bilan cette rencontre nous donna l'élan pour un nouveau départ.

Le film dont lien ci après vous fera vivre l'ambiance de cette marche qui malgré la canicule fut un grand succès:

https://viaoccitanie.tv/une-marche-intergenerationnelle-a-travers-le-tarn/

Alain et Roger

 


 

Marche en Occitannie-Communiqué de Presse 22-25 Juillet 2019

Communiqué de presse de l’association Compostelle-Cordoue pour ses dix ans d’existence et pour la marche « Occitanie terre d’accueil » du 22 au 25 juillet 2019.

L’association Compostelle-Cordoue fête cette année ses 10 ans d’existence ; dix ans à « marcher, dialoguer, comprendre » (telle est sa devise) entre personnes de convictions différentes, sur divers territoires de notre planète : Maroc, Palestine-Israël, Liban, Bosnie, Italie, Espagne, France, Suisse…
Cette année, notre marche se déroulera en Occitanie, terre d’accueil de catholiques, protestants, juifs, musulmans, bouddhistes (sans oublier l’épisode cathare)… Nous rendrons visite à ces communautés dans notre marche qui nous conduira de Montauban à Dourgne du 22 au 25 juillet (jour de la St Jacques, que nous fêterons en même temps que les 10 ans de l’association, à partir de 14H au monastère d’En Calcat)
Pour la première fois notre groupe de marcheurs sera intergénérationnel : 25 seniors (dont un tiers de musulmans) membres de « Compostelle-Cordoue » et 25 guides et scouts (la moitié musulmans), membres de « Scouts et Guides de France » et de « Scouts musulmans de France ».
Nous intégrons ainsi la réalité que le monde que nous désirons est d’abord celui des jeunes.
Le 25 juillet, dernier jour de la marche, est ouvert à tous ceux qui souhaitent participer, nous leur donnons  rendez vous à 81- Lescout à 9H30 pour parcourir avec nous les derniers 8kms jusqu’à En Calcat.


Renseignements sur l’association : Alain Simonin, président Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Renseignement sur la marche 2019 : Michel Rouffet, secrétaire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Chargée de communication : Morice de Lamarzelle Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Compostelle-Cordoue

Les sept dormants ou Les gens de la caverne

7sleepersL'empereur Dèce ordonnant l'emmurement des Sept dormants. D'après un manuscrit du XIVe siècle. © DPOn trouve aujourd'hui une dizaine de sites, tant chrétiens que musulmans, du Maghreb à la Chine, qui s'enorgueillissent d'une grotte des Sept dormants ou des Gens de la caverne.

Une légende à redécouvrir en ce mois de novembre 2018, à l'occasion de la semaine des religions.

La légende raconte que pour échapper aux persécutions de l'empereur romain Dece (249-251), sept jeunes chrétiens se réfugient dans une grotte au mont Célion, près d’Éphèse, en Turquie actuelle. Mais ils y sont découverts, emmurés vivants par des soldats, et l'entrée de la grotte est gardée par un chien. Deux siècles plus tard, ils se réveillent et vont à la ville chercher du pain. Tous les habitants sont effarés. Les «sept dormants» témoignent de leur aventure et se ré-endorment pour l’éternité dans la grotte.

On trouve des traces d'un culte des Sept dormants à Éphèse dès 450. Grégoire de Tours en rédige une version latine en 587. Des éléments de cette légende apparaissent aussi dans la sourate 18 du Coran, qui est lue aujourd'hui chaque vendredi. La légende s’étend vers la Syrie, l’Égypte et l’Abyssin, et en Occident chrétien. Ainsi, ce sont probablement des marchands orientaux d'étain qui l'ont véhiculée jusqu'en Bretagne, où on trouve un dolmen de la chapelle des Sept dormants (XVIIIe siècle) au Vieux-Marché près de Lannion. Le récit s'est alors mélangé avec la tradition des pardons (pèlerinages) bretons. L'islamologue français Louis Massignon a remis en valeur ce lieu au moment de la guerre d'Algérie, comme manifestation pour la paix et la fraternité entre musulmans, chrétiens, et humanistes. Chaque année, depuis 1954, un pardon islamo-chrétien est organisé le quatrième samedi de juillet dans cette commune de Vieux-Marché, qui voit chrétiens et musulmans converger vers la chapelle des Sept dormants.

J'ai moi-même participé, le 22 juillet dernier, avec l'association Compostelle-Cordoue (marcher, dialoguer comprendre), à cet étrange pèlerinage qui rassemble chaque année des centaines de Bretons et de visiteurs venus de partout. Imaginez, dans cette région très catholique de France, un petit cortège de plusieurs centaines de personnes qui, après avoir participé à une messe présidée par l’évêque d'Evry, Mgr Dubost, membre du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, rejoignent à quelques centaines de mètres de la chapelle, la source des Sept saints. Là, au cœur d'une clairière baignée d'un mystérieux silence, ils écoutent un jeune imam réciter en arabe la longue sourate 18 du Coran: «Nous allons te raconter leur histoire en toute vérité. Ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur et nous les avions affermis dans la voie droite...»

Cette sourate, qui entremêle plusieurs récits apparemment disparates, notre groupe de 25 marcheurs s'en est laissé imprégner durant toute la semaine précédant le pèlerinage, sur les chemins côtiers du pays d'Armor; comme du reste du texte de la légende latine. Ces écrits nous ont inspirés, à nous chrétiens, musulmans et agnostiques d'aujourd'hui, des réflexions et des échanges d'une grande richesse. Comme si nous étions nous-mêmes entrés dans cette caverne des Sept dormants, tour à tour matrice de croissance intérieure, protection face à l'inconnu à vivre, abandon à des forces venant du plus profond de soi, renaissance, confiance, plénitude. Lors de notre cercle de dialogue final, au Vieux-Marché, toutes ces résonances ont été exprimées et recueillies par un scribe-témoin de ce récit collectif qui sert de mémoriel à nos marches annuels.

A la source des Sept saints, cette année, j'ai ressenti pour la première fois qu'entre ma foi de chrétien et la foi de mes compagnons musulmans, il y avait des ponts, et que vers nous coulait, d'une source commune, une eau vivifiante. Celle qui pourrait nous sortir de notre torpeur ou de nos angoisses contemporaines. Comme Lazare de Béthanie dont le Christ a dit: «Il est seulement endormi, je vais le réveiller».

Rédigé par Alain Simonin président de C-C

dormantsÀ lire pour en savoir plus sur cette légende:
Les 7 dormants ou les gens de la caverne. Héritage spirituel commun aux chrétiens et aux musulmans.
Saint-Léger 2018, 242 p.

Le souffle de la paix

En 2014, Compostelle-Cordoue s'est associée à l'association soufie suisse Alawyya pour organiser une marche de la paix de Flueli Ranft à Berne. Musulmans, chrétiens, agnostiques ou indifférents ont parcouru d'un même coeur les chemins depuis l'ermitage du saint patron de la Suisse, jusqu'à la capitale fédérale, apportant le message rédigé au XVe siècle par Nicolas de Flue, actualisé par le cheikh Khaled Bentounès, guide spirituel de la confrérie soufie Alawiyya.

Parmi les marcheurs, des cinéastes ont fixé les souvenirs des paysages traversés, les  échanges et les moments de fraternité vécus au sein de ce groupe. Julien Trigger a réalisé un film, disponible sur DVD (le demander à l'association). Une video publiée sur Youtube en présente un résumé.

Voir la video

La JIVE, c'est quoi ?

Une Journée Internationale du Vivre Ensemble

Contribution à l’effort mondial pour l’atteinte des 17 objectifs de développement durable
« Éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous »
 
Lors de la clôture du 1er Congrès International Féminin que AISA ONG Internationale a organisé à Oran en Algérie en octobre 2014, la Déclaration d’Oran a vu le jour. Parmi les recommandations de cette déclaration figure la proclamation d’une Journée Internationale du Vivre Ensemble (JIVE). Depuis cette date, AISA ONG Internationale est porteuse de ce projet et a rencontré, à travers le monde, de nombreuses personnalités, institutions et organisations agissant dans de multiples domaines. Ainsi en octobre 2016, le Président d’honneur de AISA ONG Internationale, le Cheikh Khaled Bentounes, a rencontré M. Peter Thomson, Président de l’Assemblée Générale de l’ONU à qui il a remis le dossier de la JIVE.
Le 29 mai 2017 a été signée à Paris une déclaration qui a été présentée à l’Assemblée Générale des Nations Unies en septembre 2017 à New York.
Cette déclaration a été préparée par une Journée Internationale du Vivre ensemble tenue à Paris le 19 mai 2017 dont le compte rendu est accessible ici.
 
 
 

 

Toulouse 15 octobre, marche interconvictionnelle

A l'invitation d'un collectif d'associations

Pour construire la Paix, Osons la rencontre

Un collectif d'associations toulousaines organise le dimanche 15 octobre 2017 une marche interconvictionnelle d'une douzaine de kilomètres. Elle reliera des lieux symboliques (aussi bien religieux que laïques), entre Colomiers et Pibrac. Cette marche intègrera des temps de silence et des temps d’échanges

Télécharger l'invitation.

Suivre sur FaceBook