Nos amis de Vivre Ensemble à Cannes sont heureux de vous inviter aux prochains événements que l'association organise :

- Le 23 octobre 2022 à 17h00 à la Maison des Associations : Un film et débat sur Chiara Lubich, fondatrice du mouvement des Focolari.

En novembre 2022:
- Le 9 novembre à 18h30 à l'Eglise du Prado : un film et débat sur Charles de Foucauld, frère universel.
- Le 12 novembre : la pièce de théâtre sur Charles de Foucauld à 20H30 à l'Eglise Notre Dame des Pins.
- Le 13 novembre : Toute la journée de 09h30 à 13h00 et de 15h00 à 18h30  = Colloque sur : "La paix en méditerranée, un défi!"

L'entrée à tous ces événements est gratuite avec libre participation et parking assuré.
Vous trouverez le détail de ces invitations dans les pièces jointes.
Nous vous y attendons nombreux;  N'hésitez pas à en parlez autour de vous et à relayer ces informations,
bien fraternellement,


Véronique FRANCOU
Présidente
et le bureau de Vivre ensemble à Cannes

 

Programme des activités          Colloque Méditeranée

 

 

 

Quel Bilan après la marche dans le Vercors ( 6 au 13 août 2022) ?

 

Notre association a donc tenu sa marche annuelle autour de Léoncel, dans le Vercors, marche agrémentée de rencontres et de

visites (voir le « programme réalisé » établi par Jean-René).

L’édition 2022 faisait l’objet de plusieurs nouveautés importantes et d’abord ce ne fut pas une marche itinérante mais des marches

en étoile autour de Léoncel ; la marche itinérante 2021 dans les Alpes maritimes avec les navettes éprouvantes de bus avait

laissé des traces dans les esprits. Mais on aurait pu craindre de perdre « l’idée de progression collective » et que notre devise

« marcher dialoguer comprendre » s’y retrouve moins.

Il n’en fut rien, la « progression collective » se faisant plus sur le thème de la marche (cf ci-après) que sur les sentiers.

Il faut dire que le hameau de Léoncel est tout-à-fait charmant : à 920 m d’altitude (fraicheur garantie), un calme bucolique, une

abbaye romane toujours ouverte, des hébergements de qualité, un bar restaurant, une salle de réunion, une laiterie… et une

poignée d’habitants faisant vivre ce lieu dans une harmonie étonnante ; le deuxième « port d’attache « La vacherie » où logeaient

une partie du groupe et les scouts, tout aussi champêtre, avec une route toute droite de 4kms entre les deux sans circulation (un

jeu d’enfants pour Totocar).

Et puis, tout autour, des superbes ballades dans les prairies et bosquets surplombés par de belles falaises calcaires… sans

oublier « le canyon des Gueulards » que le groupe parcourut sans coup férir.

La deuxième grande innovation fut le thème général de la marche : « La résistance ». Evidemment on ne pouvait pas faire moins

dans le Vercors. Mais comment passer de l’évocation douloureuse du maquis du Vercors (1942-1944) réprimé dans le sang, aux

questions qui secouent notre monde actuel : bien sûr la guerre en Ukraine (et en Palestine), mais aussi

les forces négatives qui conduisent nos sociétés dans le mur : l’individualisme, la sur consommation, le non-respect de la nature

et du climat…

Eh bien, nous avons su passer, plus facilement que prévu, du traumatisme du maquis de Vercors à la course incontrôlée de nos

sociétés actuelles.

Nous le devons d’abord à Jacqueline, la maire de Léoncel, qui nous a décrit comment vivaient actuellement les habitants de

Léoncel : de la solidarité, un mode de vie sobre et en harmonie avec la nature ; elle a répondu simplement et concrètement à

toutes les questions des jeunes et des moins jeunes ; nous avons pu passer ainsi de la notion de « résistance » à celle

d’ « actions pour un monde meilleur », plus fraternel, plus écolo, s’appuyant sur des valeurs profondes ; Un travail par petits

groupes a permis de concrétiser des propositions.

Enfin, il y a eu LA JOIE, autant et peut-être plus que les années précédentes : un groupe de chanteurs+ musiciens se retrouve

désormais avec ferveur ; notre groupe s’élargit à de nombreuses têtes nouvelles, facteur favorable pour la pérennité de notre

association ; les relations avec les scouts toujours aussi rafraichissantes (« Je me souviendrai de ce séjour jusqu’à ma mort ! »).

Les réunions toujours aussi bien animées par maitre Alain.

.Oui 2022 fut un grand cru ; un merci particulier aux organisateurs (particulièrement Jean-René, Morice, Roger).

Vous trouverez bientôt sur notre site les impressions des uns et des autres.

Et tournons-nous désormais vers 2023 où de nouvelles belles et fraternelles aventures nous attendent,

 

Votre président

Michel Rouffet


 

Rencontres et visites durant notre marche avec :

 

Les intervenants de Léoncel :

Madame la Maire Jacqueline Charve, Yves Chauché et Denis Hyenne

.les-amis-de-leoncel.com

 

L'église orthodoxe Saint Antoine Le Grand :

https://monastere-saint-antoine.fr/actualites/

 

Le mémorial de la résistance Vassieux en Vercors :

https://parc-du-vercors.fr/resistance/home

 

Le musée départemental de la Résistance du Vercors

https://www.ladrome.fr/mon-quotidien/culture/le-musee-departemental-de-la-resistance-du-vercors/

 

Nos hébergements :

 

Le gite communal de la ferme:

htpp//wwwgites-de-france-drome.com/gites-etape-sejour-a-leoncel-dans-royans-vercors-26G163843.html

 

La Maison saint hughes :

http://abbaye-leoncel-vercors.com

 

Gite d'étape La colo de Chaffal :

https://www.lacoloduchaffal.com

 

 

Restaurants de Leoncel :

 

Le Grand Echaillon

www.grand-echaillon.com

 

Auberge de Leoncel

https://fr.restaurantguru.com/Auberge-De-Leoncel-Leoncel

 

Ci dessous le programme réalisé:

La semaine de marche de Compostelle-Cordoue autour de Léoncel, dans le Vercors, sur le thème de « la Résistance » s’est déroulée du samedi 6 août au samedi 13 août 2022. Léoncel est une ancienne abbaye Cistercienne dans le sud-est du plateau du Vercors. On y trouve, à Léoncel même et dans le village voisin, La Vacherie, des capacités d’hébergement qui ont pu accueillir notre groupe dans des conditions matérielles parfaites et dans une grande convivialité ; Les possibilités de randonnée en moyenne montagne « facile » y sont illimitées, et les souvenirs du Maquis du Vercors (1942 – 1944), le plus grand de France, sont encore très présents.

Samedi 6 août 2022

  • Pour les Toulousains et assimilés

Totocar, parti vers 9h00 de Mangepommes, est arrivé vers 16h45 devant la gare de Valence-ville et a récupéré le s voyageurs ferroviaires.

Arrivée à La Vacherie vers 18h.

Quatre sites d’hébergement :

  • Deux à Léoncel : le gîte communal et la Maison Saint-Hugues, tous deux attenants à l’abbatiale.

  • Deux à La Vacherie, à 3,1 km de Léoncel : le gîte de « la Colo du Chaffal » et, attenant, le terrain d’implantation des scouts.

18-18h45 : les scouts montent leurs tentes et les résidents de la « Colo du Chaffal » prennent leurs quartiers.

18h15 : arrivée de Totocar à Léoncel. Les résidents du gîte communal et de la Résidence St Hugues prennent leurs quartiers.

19h00 20h00 : présentations mutuelles à la salle communale de Léoncel.

20h00-21h30 : dîner à l’Auberge de Léoncel, exceptionnellement ouverte le soir pour nous.

Après le dîner, Totocar ramène tout un chacun à son nid et prend un repos bien mérité.

Dimanche 7 août 2022 :

8h00 : petit déjeuner

8h45 : départ de la Colo du Chaffal en Totocar

09h30-13h00 : marche à partir de Léoncel : Pas du Touët. On retrouve Totocar. Déjeuner tiré du sac sous un arbre au Pas du Touët. Trois groupes :

  1. Retour en Totocar

  2. Retour par le chemin de montée

  3. Poursuite de la boucle par Pierre chauve.

16h00-17h30 : Concert a capella à l’abbaye, organisé par l’association des amis d Léoncel pour celles et ceux qui le souhaitaient.

17h30-19h00 : visite guidée de l’abbatiale et conférence sur son histoire par Yves Chauché, responsable de l’abbaye de Léoncel au Diocèse de Valence.

20h00 : dîner plateaux repas à l’auberge de l’Echaillon.

Lundi 8 août 2022

7h30 : petit déjeuner

8h15 : départ de la Colo du Chaffal en Totocar

09h00-16h00 : marche à partir du col de la Bataille (Crête d’Ambel, ferme d’Ambel, tête de la Dame). Déjeuner tiré du sac au refuge de Gardiol.

18h00-19h30 : rencontre à la salle communale avec Madame le Maire, Jacqueline Charve : présentations de la commune et de la vie des habitants. Une forme de résistance…

20h00 : dîner au Grand Echaillon

Mardi 9 août 2022

8h15 : petit déjeuner

9h15 : départ de la Colo du Chaffal en Totocar

9h30-15h00 : marche dans la forêt de Léoncel, guidée par Denis Hyenne, de l’association des amis de Léoncel. La forêt et sa gestion, les événements liés au Maquis à Léoncel et autour.

Déjeuner tiré du sac.

Retour à pied à Léoncel (en option).

17h30 : intervention et film de Nadia Braendle : Paolo d’al Oglio et le monastère de Dar Mar Mousa dans le désert syrien : un exemple de résistance.

Discussion.

20h00 : dîner au Grand Echaillon

Mercredi 10 août 2022

8h15 : petit déjeuner

9h00 : départ de la Colo du Chaffal vers Vassieux en Vercors.

10h00 : arrivée au Mémorial de la Résistance : débarquement de la moitié du groupe

10h30 : arrivée au Musée de la résistance : débarquement de l’autre moitié du groupe

12h45 : récupération des visiteurs du Mémorial

13h00 : départ vers l’Echaillon

13h45 : déjeuner tiré du sac à l’Echaillon.

18h30 : Echanges sur la journée, pilotés par Alain Simonin.

20h00-21h30 : dîner avec les scouts au Grand échaillon.

J eudi 11 août 2022

7h30 : petit déjeuner

8h15-1630 : marche en boucle à partir de La Vacherie : la canyon du Gueulard. Déjeuner tiré du sac

17h00 : présentations à l’Echaillon

  • Par Geneviève Guilhaume d’une vidéo où son père raconte son expérience du maquis et de la déportation.

  • Par Marc Lebret de la vidéo d’une rencontre interconvictionnelle qu’il a organisée en Palestine pour la paix.

18h30 : conférence de Ahmed Bouyerdene à l’Echaillon : L’Emir Abdelkader, figure emblématique de la résistance (à partir d’une sélection de portraits : représentations iconographique).

20h00 : dîner au Grand Echaillon

Vendredi 12 août 2022

8h00 : petit déjeuner

09h00-10h00 : petite marche sur le GR à partir de Léoncel

10h00-11h30 : ateliers en sous-groupes « Et nous que faisons-nous aujourd’hui ? » Mise en commun des ateliers par leurs rapporteurs, animée par Alain Simonin.

11h30 : départ de Léoncel en Totocar

12h15 : déjeuner sur aire de supermarché.

14h15 : visite du monastère orthodoxe grec de Saint Antoine le grand avec le père abbé

16h30 : départ du monastère

17h30 : cercle final à la salle communale

19h30 : début de la soirée organisée par les scouts pour tout le monde

Couscous et animations sous la pleine lune.

24h00 : extinction des feux

S amedi 13 août 2022

7h45 : petit déjeuner

8h30 : embarquement Léoncel

8h45 : embarquement La Colo

9h00 : départ Totocar vers Valence TGV (36 km)

10h00 : débarquement des « ferroviaires » à Valence TGV

10h15 : départ Totocar vers Toulouse

10h43 : départ TGV Paris

13h04 : arrivée Paris Gare de Lyon

16h30 : arrivée Totocar à Toulouse


============================================================================================================================

Notre marche annuelle  en 2022 à Léoncel

Le Vercors, la Résistance

Du 6 au 13 août 2022

la présentation faite par jean-René Brunetières, secrétaire général de l'association, à radio Notre dame

Marie Leila Coussa,  journaliste à Radio Notre Dame, a interviewé  Jean René Brunetière pour l’émission   "L’Âme des lieux" :   

"la marche de la résistance dans le Vercors » (20 mns). 

Cette émission peut être écoutée ici:  Radio Notre dame 

Lire aussi l'article que Saphirnews consacre à cet évènement:

https://www.saphirnews.com/Une-marche-intergenerationnelle-dans-le-Vercors-sous-le-signe-de-la-resistance_a29027.html

--------------------------------------------------------------------------

 

Les exploits héroïques de Totocar dans le trafic de la Côte d’Azur nous ont fait opter cette année pour des marches « en étoile » autour d’un lieu bucolique et isolé.

 

Le point fixe : Léoncel et son ancienne abbaye cistercienne, au sud-est du Vercors. Les branches de l’étoile : un champ inépuisable de randonnées en montagne à vaches, dans les paysages magnifiques du Vercors

Un thème s’impose en ces lieux : la Résistance. Souvenirs encore vivaces du maquis dans ces temps où la guerre réapparait en Europe, mais aussi plus largement, appel à chacun de savoir résister aux séductions perverses de notre société pour protéger et développer sa liberté. Dans le Vercors, des habitants résistent pour préserver leur pays, sa beauté, sa personnalité, son authenticité, et nous les rencontrerons.

 

Résistance

Propos en désordre… bien ordonnés

Compostelle Cordoue développe depuis longtemps le thème de la bienveillance, voire de la « bienveillance inconditionnelle »… mais la bienveillance n’est pas la complaisance, ni la lâcheté ! Il faut parfois combattre.

Le thème choisi pour notre marche 2022 dans le Vercors autour de Léoncel est « La Résistance ».

En ces lieux, le thème s’imposait : le souvenir du maquis est toujours vivant.

« Sur ce vaste plateau, des Français de toutes origines et de toutes opinions ont su se grouper et s'unir avec la seule ambition d'échapper à la servitude (...) Tant de sang versé a fait de ces montagnes une terre sacrée, une terre qui doit être maintenant respectée comme un sanctuaire où le flambeau de notre liberté a été rallumé, comme l'un des berceaux de la Renaissance française. » (Commandant Pierre Tanant).

De 1942 à 1944 s’est constitué sur le plateau du Vercors, véritable « forteresse naturelle » un important foyer de résistance, rassemblant jusqu’à 4000 maquisards en 1944. Le 21 juillet 1944, 9 000 soldats allemands et 500 français donnent l’assaut et ratissent le plateau, tuant 639 combattants et 201 civils. Le maquis est dispersé dans le sang et les larmes.

Nous marcherons sur les traces des maquisards et nous interrogerons leur souvenir au moment où l’Ukraine est engagée dans une résistance semblable et où, dans notre pays fracturé, l’inacceptable semble s’insinuer progressivement dans la normalité. Et dans ce glissement continu, c’est à chacun de décider sur chaque enjeu où commence l’intolérable, le moment où il devra dire non. Ce moment n’est pas donné de l’extérieur… chacun en est responsable pour lui-même devant sa conscience.

Savoir dire non, savoir quand dire non, savoir comment dire non.

Savoir repérer les formes sournoises de servitude qui appellent notre révolte, comprendre que dans le glissement progressif du normal à l’inhumain, c’est à chacun de nous qu’il incombe de choisir le moment de dire non, d’entrer en résistance…

En temps de paix, la résistance s’exprime par le comportement quotidien, la préservation de ce à quoi on tient, la nature, nos richesses culturelles, notre cohésion sociale face aux agressions ordinaires. Nous rencontrerons des personnes qui, sur le plateau du Vercors, résistent au long des jours aux tentations perverses de notre société, veulent rester indemnes de toute addiction. Il ne s’agit pas de refuser le progrès mais d’en rester maître, de rester libre en face de ce que le monde nous propose, en face des tentations marchandes.

Chacun d’entre nous aura l’occasion de revisiter ses sujets de résistance, sa capacité de résistance, ses territoires de liberté, au fond.

Choisir ses terrains de résistance est un acte politique. Le choix n’est pas toujours si clair que celui qui se présentait au temps des maquis. Ces choix sont sujets de controverse : les éoliennes, le nucléaire, le mariage, pour tous, le droit de mourir dans la dignité, une agriculture pour nourrir la planète sans la polluer ou la vaccination génèrent des résistances… Quels critères de légitimité ?

Certainement, au sein même de notre groupe, les positions divergent sur ces sujets. Sommes-nous condamnés à des résistances antagonistes ?

Compostelle Cordoue a engagé un chemin en 2021 vers trois défis majeurs : le changement climatique, l’accueil des exilés, la violence sous couvert de religion. La gravité et l’urgence de ces défis font consensus entre nous. Nous nous proposerons d’approfondir ces thèmes : les deux premiers au moins appellent notre résistance.

Quand le climat est en danger, quand la solidarité est bafouée, quand l’égoïsme est élevé au rang de vertu s’il fait vendre, où trouverons nous les ressources pour résister, individuellement et collectivement ? pour civiliser les nouveautés technologiques, pour humaniser nos rapports sociaux, pour domestiquer la cupidité triomphante ?

Où ? où sinon à l’intérieur de nous-mêmes, au prix d’un travail exigeant, qui réveille nos générosités enfouies, qui délivre notre part d’altruisme ? Peut-il y avoir résistance sans démarche spirituelle ?

A Cannes, c’était le message de Lama Tréhor, et le prieur de Leyrins, Don Wladimir, développait le thème de la « conversion » … son monastère était en « conversion écologique », et chacun était appelé à une « conversion » personnelle toujours à renouveler. Au prix de quels sacrifices ?

La résistance ne va pas sans sacrifice. Que sommes-nous prêts à sacrifier de notre confort pour atténuer le changement climatique, de notre entre soi pour accueillir les exilés, de notre domination pour sauver la nature, de notre superflu pour retrouver la fraternité ? Quelle sorte de bonheur nous attendra au bout du chemin ?

Le sacrifice, prix de la libération ? ce même mois de juillet 1944 qui voit périr le maquis du Vercors, la Normandie retrouve la liberté.

Sacrifice et libération, pour les croyants, sans doute est-ce le sens du jeûne, du Ramadan, du Carême, une forme d’entraînement à la résistance ? Mais l’exercice spirituel n’est sans doute pas le monopole des croyants…

Résister ensemble. Résister en solitaire demande de l’héroïsme, résister en groupe, mimétisme aidant, allège le fardeau, crée du lien, peut générer de la joie partagée. Les grands mouvements collectifs, politiques, syndicaux, religieux, sont en crise. Les collectifs de résistance prennent d’autres formes, plus dispersées, plus instinctives peut-être… Comment, sous quelle forme, selon quelles alliances, nous réunir pour tenir bon ?

Après avoir marché et dialogué sur le plateau du Vercors, aurons-nous mieux compris ce que « résistance » signifie pour nous ?

Sur mes cahiers d'écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable sur la neige

J'écris ton nom

Sur toutes les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J'écris ton nom

(…)

Sur l'absence sans désir

Sur la solitude nue

Sur les marches de la mort

J'écris ton nom

Sur la santé revenue

Sur le risque disparu

Sur l'espoir sans souvenir

J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer Liberté.

Paul Eluard (Poésie et Vérité, 1942, poème parachuté dans les maquis)

_________________________________________________________________________________________________________________________

 

Les « printanières » 2022 de Compostelle-Cordoue

Premières impressions

Nous avons vécu ensemble des moments d’une grande richesse , d’une grande variété, et empreints d’une grande chaleur humaine.

Ce fut d’abord , le vendredi soir, à l’église Saint Sulpice, le spectacle « Charles de Foucauld, frère universel » ; deux acteurs d’exception, un message humain extraordinaire.

Puis le samedi matin à La Clarté-Dieu, nous avons pris le temps d’une longue présentation personnelle ; une grande sincérité et une belle écoute collective ; nous avons eu la joie d’accueillir les intervenants à nos printanières (cf. ci-après) ainsi que le co-président d’AISA Magdid Osmani et l’ex-évêque du Sahara Claude Rault.

Ensuite Véronique nous a entrainés, avec beaucoup de talent, sur les chemins de la fraternité, une fraternité globale et pas une fraternité « communautaire ».

La table-ronde sur « la spiritualité agissante » a donné la parole à des personnes hors du commun, qui nous ont expliqué comment ils ont traduit leur « aspiration spirituelle » dans leur vie : Michel et Sylvie dans l’architecture et les paysages, Régis dans sa vie de religieux itinérant en Egypte et en Algérie, Hajar dans sa vocation d’artiste, Daniel au sein de l’administration et avec l’association « Démocratie et Spiritualité ».

Hajar a réalisé in situ une magnifique fresque inspirée par « la conférence des oiseaux », poème mystique soufi de Attar. Nous avons fait don de cette œuvre au centre franciscain de La Clarté Dieu en écho à St François d’Assise qui conversait avec les oiseaux. Elle sera exposée dans ce lieu.

A chacun de nous de retrouver notre fondement spirituel et de s’en laisser inspirer dans nos actions quotidiennes.

Samedi soir, Gabrielle est revenue sur les circonstances de la création de notre association ; Abdelkader a posé des repères historiques sur l’histoire de « El Andaluz » et Jean nous a mis en garde contre des interprétations simplistes des témoignages de cette période ; cette réflexion , conduite dans un grand respect réciproque, nous a éclairé sur les fondements de notre association ; nous nous référons d’abord aux vertus évangéliques et au nécessaire dialogue entre les religions et convictions.

Dimanche matin ce fut une belle promenade dans les bois proches de la Clarté-Dieu, chacun selon ses forces, puis la messe en commun , concélébrée par Régis Morelon, avec les autres groupes en stage au centre d’accueil ; nous nous sommes présentés ; plusieurs personnes de ces groupes ont demandé à être informés de nos activités.

En début d’après-midi, Leila et Morice nous ont présenté le reportage sur notre marche d’octobre entre Cannes et Nice ; ce fut un moment de mémoire très chaleureux, avec une pensée particulière pour frère Jean-Baptiste, qui nous a quitté brutalement.

Notre assemblée générale s’est tenue à la suite ; nous avons lancé la transformation juridique de notre association suisse et association de droit français ; nous avons aussi annoncé notre marche 2022 dans le Vercors du 6 au 13 août sur le thème de la « résistance » ; merci à Jean-René, Leila et Morice de s’être mobilisés sur ce projet , qui fera l’objet d’une information générale dans les prochaines semaines.

Nous avons aussi décidé de nommer présidents d’honneur les anciens présidents de Compostelle-Cordoue : Gabrielle Nanchen, Dominique Chappot, Alain Simonin.

Nous avons aussi décidé d’intégrer à nos activités les manifestations qu’organisait Patrick et Sylvie Vincienne sous l’étiquette de CIEUX, et qui à l’évidence étaient en synergie avec les nôtres.

Vous recevrez par ailleurs un compte rendu détaillé de cette Assemblée générale.

Le dimanche soir, Abdelkader nous a fait partager des fragments de poésies andalouses qui l’ont nourri ; nous avons été « charmés » ; le langage poétique nous rapproche de notre nature profonde.

Enfin le lundi, nous avons pu nous rendre au Campus de la transition, être reçus par son responsable Rémi, partager le repas avec des étudiants-stagiaires, et avoir un superbe échange avec Cécile Renouard (une des créatrices de ce lieu tourné vers l’avenir).

Au total un magnifique séjour avec toute notre gratitude pour l’équipe parisienne de notre association qui s’est fortement mobilisée pour l’organiser.

Notre association est bien vivante ; mais nous devons avoir le souci de développer les adhésions (nous sommes une quarantaine et c’est certainement insuffisant pour assurer notre pérennité) Pensez à renouveler votre adhésion et efforcez-vous de convaincre au moins un ami d’adhérer avant l’été 2022.

A bientôt dans le Vercors, ou pour nos marches toulousaine et parisienne.

Très fraternellement.

Michel Rouffet, président de Compostelle-Cordoue